Survivre á la rentrùe scolaire quand on est parent solo 😌

par | Sep 5, 2023 | Bien ĂȘtre, ParentalitĂ© | 0 commentaires

Alors cette rentrĂ©e scolaire 2023 de parent sĂ©parĂ© ? PlutĂŽt angoisse du dimanche soir ou hĂąte de retrouver vos collĂšgues ? (si, si 🙂 ) 

Si vous ĂȘtes parent solo depuis quelques annĂ©es, vous apprĂ©hendez peut-ĂȘtre le grain de sable qui viendrait se glisser dans votre organisation millimĂ©trĂ©e. Si votre sĂ©paration est rĂ©cente, vous vous questionnez sans doute sur ce nouveau quotidien de pĂšre ou de mĂšre en garde alternĂ©e, classique ou exclusive. 

Entre conseils concrets et tĂ©moignage d’une maman solo aguerrie, la rentrĂ©e est aussi l’occasion dans cet article d’un focus sur la vraie vie d’un parent solo. 

HĂ© oui, alors que 25% des familles sont aujourd’hui monoparentales, le statut de parent solo est encore injustement trop ignorĂ©. Et avec lui, toutes les consĂ©quences qui pĂšsent lourdement sur ces mĂšres* qui assument, seules, un rythme souvent infernal. 

Une mise en lumiĂšre urgente et nĂ©cessaire, un enjeu de sociĂ©tĂ© qu’il serait temps de considĂ©rer, non ? 

(* MĂȘme si les gardes alternĂ©es gagnent du terrain, et que les papas solos sont bien sĂ»r concernĂ©s, dans 80% des cas c’est la mĂšre qui a la garde principale.)

Les bases du parent solo pour la rentrĂše : une organisation en bĂšton armĂš (mais pas que)

 

1Ăšre semaine de rentrĂ©e 😇

 

– Le rythme de sommeil des enfants a Ă©tĂ© progressivement recalĂ© depuis 10 jours
– Fournitures achetĂ©es (mĂȘme le “cahier-classeur” improbable), cartable bien rangĂ©
– VĂȘtements neufs immaculĂ©s prĂ©parĂ©s la veille, bien pliĂ©s
– RĂ©veil en douceur, avec le sourire
– Petit-dĂ©j ultra Ă©quilibrĂ©
– Balade au parc pour rentrer, repas sympa, une histoire et dodo Ă  20h (toujours avec le sourire)

 

RentrĂ©e scolaire + 1 semaine đŸ€Ż

– RĂ©veil en retard
– 8h04 “Il faut apporter du papier millimĂ©trĂ©. T’en as achetĂ© ?” – “Qui a mangĂ© tous les goĂ»ters ??”
– Petit-dĂ©j : un BN dans la voiture
– La voiture ne dĂ©marre pas
– Le chat a vomi sur le canapĂ©
– 8h17, SMS “ Rappel : RĂ©union d’équipe de rentrĂ©e ce jour Ă  17h45” – DĂźner 21h coquillettes jambon
– 22h30 “Maman, j’ai soif”
– 22h35 “Hello, je ne pourrai pas les prendre ce we, j’ai un imprĂ©vu” 

Bon, on reprend !

Si la reprise du rythme scolaire aprĂšs les vacances est souvent un cap un peu tendu, que dire quand on est sĂ©parĂ©, divorcĂ©, veuf, et qu’on doit tout gĂ©rer seul(e)…

Pour rĂ©ussir Ă  concilier vie pro, trajets Ă©cole, courses, repas, mĂ©nage, et santĂ© mentale 😀, il n’existe pas de formule magique. Seulement une bonne dose d’organisation et une anticipation maximale. Un certain nombre de plans B de cĂŽtĂ© pour tous les imprĂ©vus qui ne manqueront pas de surgir, gĂ©nĂ©ralement, en sĂ©rie.

Et pas mal de lñcher-prise sur ce qui n’est pas vital.

Quelques pistes pour gùrer la rentrùe sans s’ùpuiser

 

📐Fournitures

Avoir une caisse à fournitures scolaires, histoire de ne pas courir acheter un tube de colle, une équerre, ou de la gouache à 19h. Checker réguliÚrement (une fois/semaine) le sac et les affaires de votre enfant.
Surtout si il entre en primaire ou au collĂšge.

🍟 Courses

● Dans l’idĂ©al, un drive par mois pour les bases, et recharge de frais une fois par semaine.
● Dans l’idĂ©al de l’idĂ©al : cuisiner en avance ou en double certains plats (lasagnes, tartes salĂ©es,…) et congeler.
● Établir les menus de la semaine et faire les courses en fonction, histoire de ne pas avoir Ă  rĂ©flĂ©chir.
● En cas de rush : ne pas culpabiliser d’avoir recours aux croque-monsieur, burger/frites, et autres pizzas commandĂ©es. Tant que ce n’est pas quotidien, l’équilibre alimentaire de vos petits devrait s’en remettre !
● “On mange quoi ?” On s’est toutes et tous dĂ©jĂ  retrouvĂ© en panne d’idĂ©es repas.

Vous pouvez mettre en favori l’un des nombreux sites qui proposent des idĂ©es de menus simples et rapides. Ou crĂ©er une liste d’idĂ©es Ă  consulter quand vous avez l’impression de toujours cuisiner la mĂȘme chose :

https://www.marciatack.fr/menus-de-la-semaine/

https://www.elle.fr/Elle-a-Table/Que-faire-avec/Placard-de-rentree

https://www.fourchette-et-bikini.fr/cuisine/recettes-minceur/15-recettes-familiales-sans-efforts-pour-les-parents debordes.html

💊 Rdvs mĂ©dicaux

Dentiste, rappels de vaccination, ophtalmos : la rentrĂ©e est souvent l’occasion de rĂ©aliser un check-up global niveau santĂ©.
PlutĂŽt que de vouloir tout boucler le plus vite possible, essayez d’étaler les diffĂ©rents RDV. Il n’y a pas forcĂ©ment d’urgence Ă  surcharger des semaines dĂ©jĂ  bien denses ! (Le + : un planning mensuel mural Ă  portĂ©e de vue.)

🏀 đŸ©° ActivitĂ©s extra-scolaires

Si vous ne faites pas encore partie de la team “inscriptions faites depuis mi-aoĂ»t” 🙂. La pratique rĂ©guliĂšre d’un sport, d’une activitĂ© artistique est certes trĂšs importante pour le dĂ©veloppement de votre enfant. Pour autant, il ne s’agit pas d’une
compĂ©tition ! Ne prĂ©voir qu’une seule activitĂ© ne fera pas de vous un mauvais parent solo. D’autant plus qu’il faudra pouvoir tenir le rythme, et pour votre enfant, et pour votre organisation.

Pensez :
– Pratique (pas de gymnase trop Ă©loignĂ©, d’horaires intenables)
– Et surtout, plaisir ! (forcer un enfant Ă  maintenir Ă  tout prix une activitĂ© qui le rebute est contre productif)

đŸ€ S’organiser en rĂ©seaux

Pour tout ce qui concerne les trajets scolaires, vous arranger avec d’autres parents du voisinage pourra vous sauver en cas d’imprĂ©vu ou d’impondĂ©rable. Si vous ĂȘtes trĂšs isolĂ©(e), ou que vous venez d’emmĂ©nager dans une nouvelle rĂ©gion, pensez Ă  vous rapprocher de groupes Facebook d’entraide de parents solos (ou Ă  en crĂ©er un !).

đŸ„° La joie

En parlant de plaisir, et histoire de ne pas devenir une machine de guerre Ă  bout de nerfs avant la Toussaint : pensez Ă  prĂ©server de bons moments. Avec vos enfants, d’abord. Une petite sortie le week-end, un jeu partagĂ©, n’est pas moins prioritaire que 8h de sommeil 🙂. Et pour vous, surtout. Oui, s’autoriser un moment pour soi est compliquĂ© quand on est un pĂšre ou une mĂšre en solo. Mais ça s’organise ! D’autant plus si vous dĂ©cidez d’en faire une prioritĂ©, et une condition sine qua none Ă  votre Ă©quilibre. On n’est pas que des parents, et mĂȘme 1h de libertĂ© par semaine peut parfois suffire Ă  dĂ©compresser un peu.

En rĂ©sumĂ© : allez Ă  l’essentiel, entourez-vous autant que possible, et ne cherchez pas Ă  ĂȘtre parfait(e).

Pour connaĂźtre toutes les aides financiĂšres auxquelles vous avez droit en tant que parent sĂ©parĂ© consultez notre article “Le guide du parent solo”

Ce qui change pour la rentrĂše scolaire 2023

 

Lutte contre le harcĂšlement scolaire

Un dĂ©cret officiel paru jeudi l’annonce : dĂ©sormais un Ă©lĂšve responsable de harcĂšlement pourra ĂȘtre contraint Ă  changer d’établissement. Des sanctions sont Ă©galement prĂ©vues en cas de cyberharcĂšlement d’un Ă©lĂšve envers un Ă©lĂšve d’un autre Ă©tablissement. Ces sanctions peuvent aller jusqu’à la radiation de l’élĂšve en question de son Ă©cole.

Renforcement des mathématiques et du français en primaire

Dans l’objectif de consolider les “savoirs fondamentaux” 2 heures seront consacrĂ©es chaque jour Ă  l’apprentissage de la lecture en CP. Les Ă©lĂšves de CM1 passeront eux de nouvelles Ă©valuations en dĂ©but d’annĂ©e dans ces matiĂšres. Ceux d’entre eux qui Ă©prouvent le plus de difficultĂ©s bĂ©nĂ©ficieront d’un accompagnement renforcĂ©. Quant aux CM2, il leur sera demandĂ© de produire au moins un texte Ă©crit par semaine.

CollĂšge

Le ministĂšre de l’éducation met en place une “nouvelle 6Ăšme”. Au programme, 1 heure de soutien hebdomadaire obligatoire en français ou en maths. Le dispositif “devoirs faits”, jusqu’ici optionnel, devient Ă©galement obligatoire pour tous les Ă©lĂšves de 6Ăšme. Enfin, de nouvelles Ă©valuations sont prĂ©vues pour les classes de 4Ăšme, sous forme de test numĂ©rique.

Lycée

Les Ă©lĂšves de premiĂšre auront droit au retour des mathĂ©matiques dans le tronc commun (elles Ă©taient devenues facultatives en 2019). À propos des Ă©preuves du baccalaurĂ©at, plusieurs changements sont Ă  noter. Les Ă©preuves de spĂ©cialitĂ© se tiendront en juin et non plus en mars. L’Ă©preuve orale du bac de français sera quant Ă  elle allĂ©gĂ©e : 16 textes au programme contre 20 auparavant.

Le tĂšmoignage de Maya, maman solo en garde classique depuis 14 ans

 

La rentrĂ©e n’est qu’une Ă©tape parmi de nombreuses autres quand on Ă©lĂšve seul(e) son ou ses enfants. Quand la garde est partagĂ©e, la charge mentale et le quotidien sont normalement rĂ©partis plutĂŽt Ă©quitablement entre les deux parents. (MĂȘme s’ il faut malgrĂ© tout s’adapter au fait de ne pouvoir compter que sur soi pendant “notre” semaine).

Si la garde alternĂ©e tend Ă  se dĂ©mocratiser -et c’est tant mieux-, elle n’est pourtant pas majoritaire. Nombreux sont les parents qui assument seuls l’éducation de leur enfant la majeure partie du temps. Le plus souvent, il s’agit encore des mĂšres -80% des familles monoparentales.

Autant dire qu’avec un week-end sur deux, et la moitiĂ© des vacances scolaires, il est parfois plus que compliquĂ© de trouver un Ă©quilibre. 😑

Et dans le cas oĂč l’autre parent s’avĂšre dĂ©missionnaire, la gestion du quotidien peut devenir extrĂȘmement tendue. 😬

 

Les consĂšquences invisibles de la monoparentalitĂš : des mamans solos qui payent le prix fort

 

Une vie professionnelle trÚs impactée

“Mes enfants Ă©taient ĂągĂ©s de 1 et 3 ans quand je me suis sĂ©parĂ©e. Ils Ă©taient trop jeunes pour une garde alternĂ©e, j’avais la garde principale. Mais quand ils ont grandi, leur pĂšre n’a pas souhaitĂ© mettre en place une garde alternĂ©e. N’ayant pas de famille proche disponible, j’ai dĂ» tout gĂ©rer seule, et “faire des choix” difficiles.”

Le “choix”, par exemple, de renoncer à certaines aspirations professionnelles. De cumuler les heures pour boucler le budget. Ou de choisir un emploi alimentaire avec des horaires compatibles avec une vie de maman solo.

Difficile, quand on a dĂ©cidĂ© Ă  deux de faire un enfant, de ne pas en vouloir Ă  l’autre parent qui lui se consacre librement Ă  sa carriĂšre. Le sujet n’est manifestement pas assez mĂ©diatisĂ© aujourd’hui. Mais ĂȘtre un parent seul quasiment Ă  temps complet a de lourdes consĂ©quences sur la vie professionnelle.

“Quand les enfants ont grandi, j’ai finalement rĂ©ussi Ă  reprendre mes Ă©tudes en parallĂšle, ce qui a aussi Ă©tĂ© une bouffĂ©e d’oxygĂšne. Mais j’ai subi un certain harcĂšlement de la part de mes employeurs de par mon statut qui n’était pas

considĂ©rĂ©. Quand mes enfants ont enchaĂźnĂ© une varicelle pendant un mois, j’ai dĂ» poser des jours de congĂ© sans solde ou Ă  demi-traitement. ”

Un stress financier constant ou presque

“ Pour rĂ©ussir Ă  gĂ©rer seule les horaires de mes enfants quand ils Ă©taient petits, j’ai trouvĂ© un travail dans une Ă©cole, et les ai inscrits dans cette mĂȘme Ă©cole. Il m’est aussi arrivĂ© de cumuler jusqu’à 3 emplois en mĂȘme temps, d’enchainer des services en restauration, pour m’en sortir financiĂšrement. Un smic et une pension de 160 euros par enfant ne suffit pas aujourd’hui Ă  faire face au coĂ»t de la vie.”

Si certains parents participent Ă©quitablement aux frais liĂ©s aux enfants, c’est loin d’ĂȘtre toujours le cas. Quand l’autre parent ne s’implique qu’à minima, les choses se compliquent sĂ©rieusement.

“Étant donnĂ© le prix des loyers, j’ai dĂ» Ă  une Ă©poque sous-louer une chambre de mon appartement. Niveau vĂȘtements, je me suis vite tournĂ©e vers des achats d’occasion, des Ă©changes entre amies. Si mon frigo ou ma machine Ă  laver me

lĂąchait, je mettais des mois Ă  rĂ©Ă©quilibrer mon budget. Quant Ă  envisager des vacances en famille, je dois commencer Ă  Ă©conomiser dĂšs octobre…”

Si comme Maya, votre frigo ou votre machine Ă  laver vous lĂąche, vous pouvez sous certaines conditions bĂ©nĂ©ficier d’un prĂȘt sans intĂ©rĂȘt de la CAF..

Une vie privée entre parenthÚses

Au-delĂ  d’une carriĂšre ralentie, et d’une situation financiĂšre compliquĂ©e, reconstruire sa vie amoureuse est loin d’ĂȘtre une Ă©vidence quand on est mĂšre cĂ©libataire Ă  temps quasi complet.

“Si j’ai toujours fait passer mes enfants en premier sur un plan financier – peu
d’achats de vĂȘtements pour moi par exemple – et organisationnel, j’aurais aimĂ© avoir
davantage de temps pour “refaire ma vie”.

Seulement, les “prĂ©tendants” se lassent vite d’une disponibilitĂ© 1 week-end sur deux.
Sans compter le coĂ»t d’une baby-sitter, ou les annulations de leur pĂšre Ă  la derniĂšre
minute.”

Difficile mais pas impossible : ce qui m’a aidĂ©e Ă  assurer

“J’ai toujours Ă©tĂ© hyper carrĂ©e et trĂšs organisĂ©e : mes amies Ă©taient admiratives ! J’anticipais beaucoup, sur les repas par exemple, et j’ai su rendre mes enfants rapidement autonomes. Mes amis m’ont Ă©galement Ă©tĂ© d’un grand secours, notamment en termes d’écoute, ou de dĂ©pannage pour garder mes enfants en cas d’urgence mĂ©dicale pour moi par exemple. Je m’arrangeais Ă©galement avec le voisinage pour mettre en place un roulement pour les trajets Ă©cole. Je pense aussi que je suis quelqu’un qui bĂ©nĂ©ficie d’une bonne rĂ©sistance physique et mentale. Enfin, et c’est super important : quand j’avais malgrĂ© tout vraiment besoin d’un break et quand mes enfants ont Ă©tĂ© en Ăąge de rester seuls un temps court je m’autorisais Ă  partir une demi-heure pour prendre un cafĂ© avec des amis.”

Les consĂ©quences, Ă  tous points de vue, de la monoparentalitĂ© sur la vie des mamans solos – et papas aussi – sont donc nombreuses. Et surtout insuffisamment prises en compte de la part de certains employeurs. Peut-ĂȘtre serait-il salutaire Ă©galement de prĂ©voir des tarifs adaptĂ©s pour l’emploi d’une baby-sitter occasionnelle, ou l’octroi de quelques heures d’aide Ă  domicile.

Si de gros progrĂšs restent Ă  faire, les choses commencent doucement Ă  bouger. La crĂ©ation d’une carte « parents solos » est en projet. Elle permettrait de bĂ©nĂ©ficier d’avantages Ă©conomiques et de faciliter certaines dĂ©marches. Des rĂ©ductions en supermarchĂ©, Ă  des places rĂ©servĂ©es en crĂšche, ou encore des congĂ©s pour enfant malade supplĂ©mentaires.
MalgrĂ© tout, et mĂȘme si la tĂąche s’avĂšre parfois Ă©puisante, la monoparentalitĂ© est aussi faite, bien sĂ»r, de 1000 bons moments. Certains parents solos apprĂ©cient par exemple d’ĂȘtre libres de l’éducation donnĂ©e Ă  leurs enfants, et de s’y consacrer Ă  100%.

Plus que tout, ĂȘtre prĂ©sent chaque jour pour son enfant gratifie de la joie de le voir grandir, et de crĂ©er avec lui un lien fort. 🙂 D’ĂȘtre fiĂšr(e) de soi, aussi, et de se dĂ©couvrir la force de transcender tous les obstacles !

 

Noö Family, une plateforme dÚdiÚe aux parents solos

 

C’est parce qu’elle a vĂ©cu les rĂ©alitĂ©s de la monoparentalitĂ© que Marina a dĂ©cidĂ© de crĂ©er Noö Family. RĂ©voltĂ©e face au manque de structures qui auraient pu soutenir tous les parents sĂ©parĂ©s.

Tout le monde n’a pas la mĂȘme rĂ©sistance face Ă  la solitude, ou de rĂ©seau pour passer le relais quand on est Ă©puisĂ©. On ne sait pas toujours comment rĂ©agir quand les relations avec l’autre parent se passent mal, ou comment s’y prendre pour solliciter le JAF.

Noo Family propose donc une mise en relation avec des professionnels diplÎmés, familiers des situations liées à la monoparentalité :

● Des psychologues, pour ĂȘtre Ă©coutĂ©, ou conseillĂ©.

● Des assistantes sociales pour une aide prĂ©cise sur un dossier administratif

● Des avocats pour un suivi personnalisĂ©, des rĂ©ponses fiables Ă  vos questions

● Des coachs parentaux pour vous Ă©pauler, vous aider Ă  rĂ©soudre un conflit

● Des coachs de vie pour reprendre confiance en vous

Nos solutions ont Ă©tĂ© pensĂ©es pour s’adapter Ă  votre quotidien effrĂ©nĂ© de parent solo et vous simplifier la vie :

– Des consultations Ă  la demande, en visio : pas besoin de vous dĂ©placer

– Des dĂ©lais de rdv trĂšs rĂ©duits : pas d’attente

– Un tarif clair et accessible

– Des horaires Ă©largis : de 7h Ă  23h

 

Vous avez un doute sur la meilleure option pour votre situation, des questions ?
Contactez-nous, nous nous ferons un plaisir de vous orienter.

A lire aussi :
“Le guide du parent solo”
“Maman solo : 10 conseils utiles pour aller de l’avant”

Pin It on Pinterest

Share This